utiliseplantLorsque l’on désire utiliser les plantes médicinales, il faut en extraire les propriétés thérapeutiques de la plante (principes actifs/molécules) avec un solvant (eau, huile…) afin de bénéficier de ses effets thérapeutiques. Les solvants ont tous une composition différente, et ils ont chacun leur capacité ou incapacité à extraire certains principes actifs. Par exemple, certains principes actifs ne pourront s’extraire dans l’eau alors qu’ils le seront dans l’alcool. Il est donc important de bien s’informer sur les meilleures manières de consommer une plante en fonction des propriétés que vous désirez aller y chercher. Il existe plusieurs façons d’utiliser les plantes, et je vous présente ici les plus couramment utilisées. Je vous invite également à consulter mon article Utiliser les plantes efficacement pour en connaître plus sur l’usage des plantes thérapeutiques.

Utilisation en interne

Infusion

infuseSolvant : eau
Parties de la plante utilisées : fleurs, feuilles (pour les racines, baies, graines et tiges, voir la décoction).
Moins concentrée que la décoction et la teinture, elle convient à l’extraction des propriétés nutritives et pour traiter les problèmes chroniques plutôt qu’aigus.
Quantité de plantes utilisées : 1 c. à thé de plantes séchées pour 1 t. d’eau (250 ml) ou 2 c. à thé de plantes fraîches pour une tasse d’eau (250 ml) à moins d’indications contraires.
Préparation : Faites chauffer de l’eau. Placer les plantes dans un filtre que vous déposerez dans une tasse, ou une théière selon la quantité que vous désirez préparer. Verserez l’eau chaude sur les plantes et laisser infuser (reposer) 10-12 minutes et boire. L’infusion se conserve 24 à 48 h au frigo selon les plantes.

Décoction

Solvant : eau
Parties de la plante utilisées : baies, graines, racines et tiges.
La décoction est intéressante dans le traitement des problèmes chroniques. Toutefois, elle n’est pas indiquée pour l’extraction des fleurs et feuilles, car l’apport de chaleur plus élevé risque de détruire plusieurs principes actifs. Si vous désirez y ajouter des plantes qui devraient être infusées, faites-le la fin de la préparation.
Quantité de plantes utilisées : 40-45 GR de plantes pour un litre d’eau.
Préparation : Dans un chaudron ajouter l’eau et les plantes, et amener à ébullition. Réduire le feu et laisser mijoter 20 minutes avec le couvercle (ne pas faire bouillir). Filtrer et servir à température désirée. La décoction se conserve de 24 à 72 h selon les plantes.

Teinture à base d’alcool

Herbal medicineSolvant : alcool à 40 % majoritairement et parfois jusqu’à 94 %.
Parties de la plante utilisées : feuilles, fleurs, résines, baies, graines, tiges.
Les teintures sont plus concentrées que les infusions et décoctions et peuvent être utilisées dans le traitement des problèmes aigus et chroniques. Un des avantages de l’alcool est qu’elle est absorbée plus rapidement dans le corps, ce qui fera en sorte que vous en ressentirez les effets thérapeutiques plus rapidement.
Préparation : Dans un verre d’eau, déposer le nombre de gouttes de teintures indiquées. En général, pour un adulte, on peut prendre de 20 à 30 gouttes de teinture par verre d’eau à raison de 2-3 fois par jour. En phase aiguë, il est possible de prendre jusqu’à 5 fois par jour. Veuillez vous renseigner en fonction de la plante. Comme les teintures s’absorbent rapidement, il peut être judicieux de commencer à prendre 20 gouttes/3 fois par jour et augmenter jusqu’à 30 gouttes après 4-5 jours afin de laisser l’organisme s’habituer à la plante.

Glycéré

Solvant : glycérine
La glycérine à l’avantage d’être un solvant plus accessible aux jeunes enfants et aux personnes ne tolérant pas l’alcool, mais elle ne peut, malheureusement, extraire certains principes actifs intéressants. Le choix des glycérés sur le marché est donc limité.

Préparation : Dans un verre d’eau, déposé le nombre de gouttes de glycéré indiquées. En général, pour un adulte, on peut prendre de 40 à 50 gouttes de glycéré par verre d’eau à raison de 3 fois par jour.
Pour les enfants, vous trouverez sur le marché des préparations ciblées sur des problèmes reliés à la petite enfance, et vous pourrez y suivre les posologies indiquées. Prenez note qu’il vaut mieux privilégier les produits à base de glycérine végétale plutôt que minérale qui sont des dérivés du pétrole.

Gélules et comprimés

pillsLes gélules sont des capsules transparentes formées de deux parties et contenant une poudre de plantes alors que les comprimés sont formés de poudres de plantes et d’excipients qui sont compressés pour en faire une petite tablette. Les comprimés sont plus concentrés que les gélules et il faut donc en consommer moins pour avoir leurs effets ce qui peut être intéressant au niveau des quantités à avaler et du prix à payer. Les comprimés sont aussi plus concentrés que les infusions et décoction, alors on peut les utiliser pour traiter autant des problèmes aigus que chronique. Chaque compagnie ayant sa méthode de fabrication, suivez les indications du fabricant pour utiliser la bonne posologie et n’oubliez pas de lire l’étiquette afin de savoir quelles autres substances ont été ajoutées à la préparation. Certaines peuvent contenir des ingrédients allergènes pour certains tels que du lactose ou gluten.

Les sirops

Composition : décoction ou infusion, sucre et agent de conservation.
Les sirops sont généralement utilisés pour soulager la toux, et les maux de gorge ou pour consommer une plante dont on voudrait camoufler le goût. Étant donné leur apport en sucre important, on conseille de les utiliser périodiquement, soit le temps que dure le problème à traiter. Chez l’adulte on conseil de prendre 1-2 c. à thé de sirop 3 fois par jour.

Utilisation en externe

Cataplasme

Un cataplasme est utilisé pour certains problèmes cutanés, sur les entorses, les enflures, sur des kystes, des névralgies, et dans des régions douloureuses qui nécessitent un afflux de sang pour obtenir un soulagement de la douleur.
Préparation : mettre en poudre les plantes choisies et les mélanger à de l’eau chaude pour en faire une pâte que l’on déposera dans un linge mince et propre. Appliquez le linge sur la zone à traiter et ajoutez-y une bouillotte chaude pour conserver la chaleur. Certains laissent un cataplasme jusqu’à ce qu’il soit refroidi, alors que d’autres le laisseront jusqu’à deux heures en place. Personnellement, je préfère le laisser pour un 20-30 minutes et répéter l’expérience deux fois dans la journée à des moments différents.

Compresse

Bunch of mint on embroidered pillow with old scissorsLes compresses sont utilisées en externe pour les problèmes cutanés, les ecchymoses, les entorses et les enflures.
Préparation : préparer une infusion ou décoction concentrée en utilisant le double de plantes pour la quantité d’eau (voir l’infusion) et pour la décoction laisser réduire jusqu’à moitié. Trempez un linge mince et propre dans l’infusion ou la décoction et appliquez pour 15 minutes. Certaines personnes la laisseront 30 minutes, voire 1 heure. Personnellement, je préfère laisser la compresse pour une période de 15 minutes, et répéter l’expérience deux fois dans la même journée à des moments différents. Lorsque vous enlèverez la compresse, sécher la zone problématique en tamponnant avec un linge sec pour retirer l’humidité et bien laisser respirer la peau.

Onguent et crème

face-creamLes onguents sont généralement composés d’une huile macérée et d’un autre corps gras (huile de coco, cire d’abeille, karité, lanoline) alors que la crème est composée d’huile macérée, qui est émulsifiée dans de l’eau. L’onguent s’étend bien et aura tendance à rester plus en surface sur la peau contrairement à la crème qui y pénètre mieux. C’est d’ailleurs à partir des onguents solides que l’on fabrique des baumes pour les lèvres. On peut utiliser les onguents sur un « bobo » enflammé, mais il est préférable d’en limiter l’usage si ce « bobo » est purulent et très à vif et de préférer une compresse en attendant que l’inflammation diminue pour que la surface atteinte puisse respirer. Ensuite, on pourra utiliser l’onguent pour limiter l’inflammation et aider à la cicatrisation. Les crèmes sont recommandées lorsque l’on désire apporter une hydratation à la peau puisqu’elle y entre plus facilement. Les crèmes sont à privilégier dans une hygiène de vie quotidienne pour soigner et hydrater sa peau, alors que l’onguent pourra être utilisé de manière temporaire et spécifique lorsqu’un problème se présente.

Les huiles macérées

Solvant : huile végétale
Les huiles macérées ou infusées sont des huiles végétales dans lesquels des plantes ont été macérées. Il est possible d’utiliser les huiles macérées en interne, mais généralement, nous les utiliserons en externe. Elles entrent dans la préparation des onguents, mais peuvent être aussi appliquées directement sur la peau. Toutefois, l’utilisation directe des huiles sur des petits bobos, comme on le fait avec l’onguent, est moins intéressante, car elle est plus salissante du au fait que l’huile est liquide. Les huiles sont intéressantes, car elles ont des propriétés thérapeutiques qui se combineront à celles de la plante. Par contre, il faut savoir que les huiles ont une durée de vie assez courte, et qu’elles devront être utilisées rapidement et conservées convenablement pour maximiser leur longévité. Les huiles macérées thérapeutiques étant fragiles, on en retrouve peu sur le marché. Généralement, les personnes utilisant les huiles macérées les fabriquent elles-mêmes pour créer leurs onguents/crème ou pour en faire des huiles de massages.

Les hydrolats (eaux florales)

flowerwaterLes hydrolats sont préparés en récupérant la vapeur lors de la distillation des huiles essentielles. Ils sont donc beaucoup moins concentrés que les huiles essentielles (HE) et peuvent être utilisés sans trop de précautions. Comme ils sont moins concentrés que les HE, ils ne sont pas efficaces pour lutter contre les infections, mais ils sont fort utiles pour agir en douceur sur les inflammations, pour tonifier la peau et la régénérer. Les eaux florales se trouvent généralement en bouteilles munies d’un vaporisateur que l’on peut vaporiser directement sur la peau comme tonifiant après le nettoyage du visage. On peut également les utiliser dans la fabrication de crème (ajouter à la partie aqueuse) ou en ajouter un peu à une crème naturelle (ce qui la rendra plus liquide par contre). Personnellement, je les utilise après un nettoyage du visage en vaporisant le visage et le cou (en fermant les yeux et en gardant une ouate à porter de main pour éponger les yeux avant de les ouvrir). Je laisse agir une minute, les yeux biens fermés, j’éponge et j’applique ensuite une crème hydratante que j’ai diluée légèrement avec cette eau.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles étant très concentrées, elles demandent donc plus de précautions et d’explications et feront le sujet, à elles seules, d’un futur article.

Sources :

Dumas, Chantal Ann (2010-2011). Phytothérapie 1 [Notes de cours], École d’enseignement supérieur de naturopathie du Québec.
Chevallier, Andrew (1997). Encyclopédie des plantes médicinales, Éditions Sélection Reader’s Digest.
Gagnon, Caroline et Lanctôt-Bédard, Valérie (2009). Cours d’introduction à l’herboristerie [Notes de cours], Flora Medicina École d’herboristerie.
Hoffman, David (1996). The complete illustrated Holistic herbal. USA : Element books Inc.

Share This